Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2015 2 14 /04 /avril /2015 07:10

Voici ma dernière nouvelle, intitulée "confession". Celle-ci a été sélectionnée parmi les 100 meilleures d'un concours sur plus de 2000 candidats et sera publiée dans un recueil d'auteurs prochainement.
Une petite récompense en attendant la sortie de mon prochain roman, qui parlera de meurtre dans la région bordelaise...en espérant que personne ne me soupçonnera d'être une serial killeuse en puissance comme Juliette mon héroïne !!!

Confession

Claude s'observe longuement dans le miroir, au-dessus du lavabo. Ces yeux qui le regardent, il ne les supporte plus. C'est décidé, il va tout confesser à Paula.
Paula! Que n'aurait-il pas fait pour elle, il aurait décroché non seulement la lune, mais aussi toutes les planètes si elle les avait désirées...A dix-huit ans déjà, il était fou d'elle, de son corps de liane, son regard effronté, son visage de chat délicat, sa moue rieuse, son impatience.
Les années 80, 90 étaient passées comme un enchantement, puis la première décennie du 21ème siècle, et il s'étonnait chaque jour de cet amour si profond...
Claude s'arrache à sa rêverie, déterminé, il lui doit d'être honnête!
Paula est toujours dans le lit, calée avec trois oreillers, savourant son café bien noir, croissant et journal à portée de main.
Claude inspire profondément, prend son courage à deux mains et se plante devant le lit conjugal.
-Ma chérie, il faut que je te dise quelque chose...
Paula lève sa jolie tête et pose ses yeux verts étonnés sur ce mari à la voix tremblante. En trente-quatre ans de mariage, c'est la première fois qu'il se confesse, cet époux exemplaire. Son cœur fait un bond dans sa poitrine, Mon Dieu, faites que cela ne soit pas grave!
Elle ne dit mot, Claude se lance:
-Paula chérie, tu m'as choisi et épousé il y a bien longtemps. Tu as fait de moi le plus heureux des hommes, mais tu ne sais pas tout...
D'un trait il annonce le nombre incalculable de fois où il l'a suivie quand elle partait se promener avec Jean dans la forêt landaise, combien son cœur se serrait lorsqu'il les voyait s'embrasser. Il raconte aussi qu'il n'a pas hésité à voler dans la boîte aux lettres plusieurs missives enflammées de Jean, reparti en Alsace. C'est aussi lui qui a crevé les pneus de la Peugeot familiale, le jour où son père devait l'emmener à la gare dire au-revoir à l'élu. Il confirme que les rencontres fortuites ne l'étaient pas, qu'il avait espéré au-delà du raisonnable et que leur premier rendez-vous fut le plus beau jour de sa vie.
Paula l'écoute, attendrie. Elle n'a jamais regretté son choix.
Jean...un élan de nostalgie la traverse un instant, elle revoit ce visage aux grands yeux bleus, les traits fins et déterminés, ce large front intelligent, la bouche bien dessinée. Elle se souvient de ses mains chaudes. Un amour d'été, un coup de foudre, ils s'étaient promis de se revoir, avaient même évoqué le mariage. Il était venu la voir en février. Et puis plus rien, l'oiseau rare s'était volatilisé, plus de nouvelles du jour au lendemain, alors qu'il devait la rejoindre à Pâques. Elle en avait versé des larmes, des nuits entières à sangloter sous ses draps. Un jour, Claude avait débarqué dans son existence, deux rangs plus loin sur les bancs de l'université.
Jean, cela faisait une éternité qu'elle n'avait songé à lui, c'était étonnant cette faculté d'oublier ainsi les gens qui ont compté, comme s'ils n'avaient jamais existé...
Son monologue terminé, Claude se tait, anxieux.
-Mon chéri, dit Paula, ne t'en fais pas, c'est si loin maintenant, j'ai toujours pensé qu'il se moquait de moi, ainsi c'était toi...
Elle repousse les draps, se lève et l'enlace de ses bras graciles. Elle lui donne des petits baisers en cascade.
-Je n'ai pas fini, bredouille -t-il.
Elle rit et le repousse.
-Plus tard dit-elle, mais je te pardonne!
Et elle file dans la salle de bains, ferme la porte, se sourit dans le miroir. Qu'importe autrefois, elle aime Claude, sa gentillesse, sa douceur, sa rassurante présence, son intégrité, son humour fin. Dire qu'il a fait tout cela pour elle! Soudain son cœur se serre à l'idée de le perdre un jour.
Claude s'assied sur le lit, le regard dans le vide.
Il décide de mettre la pelle et la pioche dans le coffre, au cas où elle exigerait une preuve. Le corps de Jean, il sait exactement où il l'a enterré, même trente-cinq ans après.

Partager cet article

Repost 0
Published by LaurenceP
commenter cet article

commentaires

Mimi du Sud 04/05/2015 18:00

Kikou Laurence,

Une dure et terrible confession après 34 ans de vie commune. Je pense, que depuis ce temps ,je n'aurai rien dit. Mais c'est sûr qu'il n'a pas du tout la conscience tranquille. ...et de se regarder dans un miroir,est très dure pour lui et repense à se qu'il a fait dans le passé. .. je te souhaite une bonne fin de journée, gros bisous à toi.

Présentation

  • : Journal d'une bordelaise expatriée dans le Médoc
  • Journal d'une bordelaise expatriée dans le Médoc
  • : humour et humeurs d'un écrivain dans l'âme
  • Contact

Commander mon roman

image 27569 1 20304 1 9323 1 38646 1 7845Bienvenue à Beau-Mirage par Laurence Plard

Résumé : Un couple de parisiens quitte la capitale pour diriger un hôtel perdu au milieu des vignes de Miramier, en Dordogne. Très vite, Beau-Mirage ... 

 

Disponible sur Edilivre.com, Amazon.com,  à la Maison de la presse de Pauillac, sur commande chez Mollat Bordeaux.

 

 

 

Recherche

Liens